BRASSENS-PAROLES-La traîtresse
chansons
musiques
thèmes
classements
album-photo
biographie
recherche
livre d'or
testament
accueil
 
 
 
La traîtresse
 

J'en appelle à la mort, je l'attends sans frayeur,
Je n' tiens plus à la vi', je cherche un fossoyeur
Qui' aurait un' tombe à vendre à n'importe quel prix :
J'ai surpris ma maîtresse au bras de son mari,
Ma maîtresse, la traîtresse !

J' croyais tenir l'amour au bout de mon harpon,
Mon p'tit drapeau flottait au cœur d' madam' Dupont,
Mais tout est consommé: hier soir, au coin d'un bois,
J'ai surpris ma maîtresse avec son mari, pouah
Ma maîtresse, la traîtresse !

Trouverais-je les noms, trouverais-je les mots,
Pour noter d'infami' cet enfant de chameau
Qui a choisi son époux pour tromper son amant,
Qui' a conduit l'adultère à son point culminant ?
Ma maîtresse, la traîtresse !

Où donc avais-j' les yeux? Quoi donc avais-j' dedans ?
Pour pas m'être aperçu depuis un certain temps
Que, quand ell' m'embrassait , ell' semblait moins goulu'
Et faisait des enfants qui n' me ressemblaient plus.
Ma maîtresse, la traîtresse !

Et pour bien m'enfoncer la corne dans le cœur,
Par un raffinement satanique, moqueur,
La perfide, à voix haute, a dit à mon endroit :
"Le plus cornard des deux n'est point celui qu'on croit.
Ma maîtresse, la traîtresse !

J'ai surpris les Dupont, ce couple de marauds,
En train d' recommencer leur hymen à zéro,
J'ai surpris ma maîtresse équivoque, ambigu',
En train d'intervertir l'ordre de ses cocus.
Ma maîtresse, la traîtresse !